Head-Image

Les succès



Trois questions à Jens Korndoerfer, organiste bavarois à Montréal


Jens Korndoerfer, CIOCM 2011
Jens Korndoerfer au Concours international d'Orgue de Montréal 2011 - © Bonnie Nichol

L’organiste bavarois Jens Korndoerfer, doctorant à l’université McGill (Schulich School of Music), a obtenu en octobre 2011 la 2e place et le Prix-Franz-Liszt au Concours international d’orgue de Montréal.

Déjà en 2008, M. Korndoerfer s’était distingué en remportant la 3e place de ce concours qui se déroule tous les 3 ans à Montréal et voit « s’affronter » musicalement 16 organistes de moins de 35 ans sur quelques-unes des meilleures orgues de la ville. Le jury international décerne plusieurs prix, entre autres une série de concerts, un contrat de gestion de carrière, un enregistrement CD sous le label ATMA Classic, ainsi que de généreuses bourses.

Trois questions à Jens Korndoerfer :

Que signifie la participation au CIOCM pour un organiste ? Comment s’y prépare-t-on ?

D’une part, la comparaison directe avec des collègues du même âge et l’évaluation par un jury vous pousse à donner le meilleur de vous-même. D’autre part, gagner un prix dans un concours international prestigieux comme le CIOC rehausse votre propre renommée en tant qu’organiste, ce qui aide indubitablement votre carrière.

Comme dans l’univers sportif, la préparation à un tel événement commence bien avant celui-ci : on choisit d’abord son répertoire, ce que j’ai fait il y a environ 1 an, puis on le travaille évidemment, la dernière étape étant, dans les mois qui précèdent le concours, d’en présenter des morceaux lors de divers concerts qui nous plongent déjà dans une « situation de stress ». Juste avant et pendant le concours on a très peu de temps pour se familiariser avec l’instrument sur lequel on jouera, c’est donc surtout mentalement que je me suis préparé aux trois rondes d’évaluation.

Existe-t-il une différence entre le monde des organistes en Amérique du Nord et en Europe ?

En Amérique, les organistes se sont regroupés au sein de l’American Guild of Organists (AGO, presque 20 000 membres !), un groupement de taille et influent qui non seulement offre des possibilités d’échange entre organistes, mais qui mène aussi un intense travail de lobbyiste pour représenter les intérêts de ceux-ci. Il n’existe malheureusement pas d’organisation comparable en Europe.

D’un point de vue historique, l’histoire de l’orgue en Europe commence déjà au Moyen-Âge, alors qu’elle se développe évidemment bien plus tard en Amérique du Nord. Pourtant plusieurs événements dans l'industrie de la facture d’orgues se sont déroulés presque en même temps des deux côtés de l’Atlantique depuis le milieu du XIXe siècle. Ainsi par exemple le développement des orgues de facture industrielle vers la fin du XIXe siècle, où les instruments prirent des proportions parfois gigantesques, comme le plus grand orgue du monde au Wanamaker Store de Philadelphie, construit en 1930, et qui soutient 28 500 tuyaux ; ou encore le renouveau des orgues baroques et de l’esthétique qui y est associée dans la première moitié du XXe siècle.

Que prévoyez-vous dans le futur proche ?

Au cours de la prochaine année [2012] je vais terminer mon doctorat à McGill, je suis donc à la recherche d’un poste. Mon but est de décrocher un poste de professeur d’orgue à un conservatoire supérieur en Allemagne ou en Amérique du Nord. J’ai également prévu plusieurs concerts (entre autres en Allemagne, en France, en Norvège et au Canada), des conférences, des cours de maître (au Conservatoire supérieur de Bayreuth et à la Convention nationale de l’AGO à Nashville, TN). Enfin j’organise un voyage d’études à travers le sud de l’Allemagne pour des organistes américains.

En savoir plus : www.youtube.com/JensKorndoerfer

 

Addendum, 2012 :

En août 2012, à l'issue de ses études doctorales à l'université McGill de Montréal, Jens Korndoerfer a accepté le poste d'organiste en titre à la First Presbyterian Church d'Atlanta (Géorgie). La First Presbyterian est située au Centre des Arts de la métropole américaine, immédiatement à côté de la salle de concert de l'orchestre symphonique d'Atlanta, et dispose de deux orgues (Möller/Zimmer, IV/105 et Klop, II/15), d'un clavecin et de nombreux pianos Steinway, ainsi que de son propre programme de concerts et de son école de musique. En plus de l'organiste, elle emploie également un chef de chœur permanent.