Head-Image

Les succès



« The Girl King » (« La Reine garçon ») - une co-production internationale avec la participation de la Bavière et du Québec



source www.ioncinema.com

Le titre, The Girl King, suggère déjà la personnalité contradictoire de la reine Christine de Suède : éduquée comme un garçon, elle a appris chasser et faire de l’escrime. Elle s’est opposée avec succès à l’étiquette, aux vêtements féminins, aux traditions et aux conventions politiques. Protagoniste exceptionnelle, déchirée entre la raison et la passion, entre le monde ancien et moderne, submergée par des  sentiments inconnus malgré sa finesse d’esprit, elle deviendra une des plus grandes figures de l'histoire du monde lorsqu’elle contribuera par son action à mettre fin à la Guerre de Trente Ans.

C’est le cœur du film The Girl King, du réalisateur finlandais Mika Kaurismäki, et dont la sortie sur les écrans est prévue pour la fin d'année 2015. La production se distingue par la distribution internationale prestigieuse avec Malin Buska et Michael Nyqvist de Suède, Sarah Gordon du Canada, Laura Birn de Finlande et Martina Gedeck de l'Allemagne. Mais non seulement l'histoire et les acteurs, mais aussi la production du film se distingue par son aspect transfrontalier. Il s’agit d’une coproduction finno-suédo-canado-bavaroise.

D’après la productrice Mme Wasiliki Bleser de Starhaus Filmproduktion à Munich, ce modèle de productions transnationales représente l'avenir du cinéma, notamment pour l’aspect du financement, qui est de plus en plus difficile à trouver au niveau national. Avec de tels mélanges internationaux, il s'agit pourtant "d'unifier, de fluidifier en une seule vision tous ces standards variés, ces mentalités différentes, ces précieuses expériences, exigences, talents et savoirs-faires remarquables", ce qui signifie la résolution de nombreux défis au jour-le-jour. C'est non seulement "une communication claire et précise au cours de toutes les phases du projet", mais aussi une relation de confiance avec les partenaires - surtout avec le réalisateur - qui sont essentielles pour mener l'entreprise à bien. « Le message de la reine Christine elle-même nous a souvent aidés à ne pas perdre la tête et à rester pragmatiques au cours de nos échanges parfois tempêtueux », ajoute-t-elle.

Mme Bleser fait particulièrement l’éloge du partenariat bavarois-québécois entre la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles) et  FFF Bayern (FilmFernsehFonds Bayern). La participation bavaroise à The Girl King s’est concrétisée à l’occasion d’une délégation bavaroise au Festival du Cinéma Québécois à Paris, en décembre 2013, où la Bavière était la région invitée pour souligner le 10e anniversaire de la coopération bilatérale FFF-SODEC.

D’ailleurs les contributions bavaroise et canadienne vont au-delà de l’aspect financier : la Bavière est à l'écran pour certaines des scènes-clés qu’ont été tournées avec le soutien de FFF Bayern en Bavière, tandis que celles d'hiver étaient filmées à Turku en Finlande. Le montage est l’œuvre des monteurs Hans Funck et Alex Berner, réputés internationalement, et basés en Bavière. En ce qui concerne la participation québécoise et canadienne, c’est nul autre le Québécois Michel Marc Bouchard qui est à l’origine du scénario. Par ailleurs, l’entreprise montréalaise Technicolor s’est chargée du son, tandis que la post-production était faite par les entreprises Galafilm (Montréal) et Triptych Media (Toronto).

The Girl King (regarder la bande-annonce) sortira en Allemagne le 17 décembre 2015, et dès le mois d’octobre aux États-Unis.

Sources : www.starhaus.de
blog.fff-bayern.de