Histoire & symboles

Au confluent entre Nord et Sud, Est et Ouest, les Bavarois sont fiers de leur passé. Le sud de la Bavière a fait partie, en son temps, de l’Empire romain – des villes comme Augsbourg et Ratisbonne ont été fondées il y a 2000 ans.

Le duché de Bavière s’est étendu depuis le Haut Moyen-Âge jusqu'à l’ère moderne, mais plusieurs territoires aujourd’hui bavarois étaient gouvernés directement par l’empereur (Kaiser), comme par exemple la « cité impériale libre » (« Freie Reichsstadt ») de Nuremberg.
La Bavière moderne se développe à partir de 1806, l’année où elle devient un royaume sous l’influence de Napoléon 1er, empereur des Français. Le plus connu des rois de Bavière est ensuite, sans aucun doute possible, Louis II, le « roi des contes de fées », qui fait construire de nombreux édifices, y compris le château de Neuschwanstein, connu à travers le monde.

En 1871, la Bavière est intégrée au tout nouvel Empire d’Allemagne (Deutsches Reich), et devient pour la première fois de son histoire un État fédéral au sens moderne du terme.

Après la Seconde Guerre mondiale, la Bavière se développe rapidement pour passer d’une région agricole à un haut-lieu de la modernité technologique. À ce jour, la Bavière est un centre de recherche et d’innovation de calibre mondial, et avec ses 12.5 millions d’habitants, elle pèse lourd en Europe.

Les Bavarois sont fiers de leur histoire et maintiennent leurs traditions. Des événements d’envergure comme le Mariage princier de Landshut, la Passion de Oberammergau, l’Oktoberfest de Munich témoignent de la richesse du passé de la Bavière.

Mais la région est aussi un précurseur, notamment en termes de protection de l’environnement et de lutte contre les changements climatiques : ainsi elle a été la première région allemande à créer un ministère de l’Environnement.
 

Des Bavarois célèbres

Symboles d'État

La Bavière est appelée “Freistaat”, ce qui pourrait être traduit par “État libre”. Toutefois, le terme est plutôt issu du 19e siècle, où il sert de traduction littérale au concept de « république » - par opposition à la monarchie. Cette appellation est en fait utilisée par plusieurs des Länder qui passent d’une forme de monarchie héréditaire à une démocratie élective. Il est introduit en 1919 pour décrire la Bavière, au moment où la République de Weimar remplace ce qui fut auparavant l’Allemagne impériale. À ce jour, on continue d’utiliser le terme de « Freistaat » pour désigner la Bavière – une survivance de la tradition.

Les armoiries de l'État de Bavière

Les grandes armoiries d'État

Les armoiries bavaroises relèvent d'une longue tradition. Elles ont été introduites le 5 juin 1950 par la "Loi sur les armoiries de l'État de Bavière". Les symboles représentés dans les grandes armoiries sont profondément enracinés dans l'histoire de la Bavière. Les éléments héraldiques ont chacun une signification particulière :

Le lion d'or

Dans le champ en haut à gauche se trouve le lion d'or dans un champ noir. À l'origine, c'était le symbole du comté palatin près de Rhein. Suite à la réunion du duc bavarois Ludwig en 1214 et du comté palatin, il a servi pendant des siècles comme symbole commun des Wittelsbach de l'Ancienne-Bavière et du Palatinat. Aujourd'hui, le lion du Palatinat, dressé, doré et gravé en rouge, symbolise le district administratif du Haut-Palatinat.

La grille franconienne

LE second champ est séparé en deux parties, l'une rouge et l'autre blanche (argentée), par trois pointes émergeant du blanc vers le rouge. Cette "grille" est apparue autour de l'an 1350 en tant que symbole de certains villages du compté de Wurtzbourg, puis en 1410 également dans les sceaux des ducs de l'évêché. De nos jours, la grille franconienne symbolise les districts de Haute-Franconie, Basse-Franconie et Moyenne-Franconie.

La panthère bleue

À gauche en bas, dans le troisième champ, on note une panthère bleue debout, ciselée d'or, ​​​​sur fond blanc (argenté). À l'origine elle se trouvait dans les armoiries des comtes du Palatinat d'Ortenburg, qui résidaient en Basse-Bavièer (12e siècle). Plus tard, elle fut reprise par la maison Wittelsbach. Aujourd'hui, la panthère bleue symbolise les districts de Haute et de Basse-Bavière.

Les trois griffons noirs

Le quatrième champ en bas à droite compote trois griffons noirs sur fond doré, les uns au-dessus des autres, ciselés en rouge et regardant vers nous. Ils proviennent de l'ancien sceau des Hohenstaufen (apparu d'abord en 1216), les premiers ducs de Souabe. Dans les armoiries bavaroises ils symbolisent le district de la Souabe.

L'écusson blanc-bleu au centre

L'écusson central est décoré de losanges blanc et bleu, disposés en diagonale. Après avoir servi de sceau aux comtes de Bogen (depuis 1204), il a été repris par la maison Wittelsbach comme sceau principal en 1247. Les losanges blanc-bleu sont devenus la plus importante marque de reconnaissance de la Bavière : l'écusson à losanges la symbolise au complet, avec tous ses districts administratifs. Lorsqu'utilisé seul, surmonté de la Couronne du peuple, il sert également de sceau à l'État de Bavière (les "petites armoiries").

La Couronne du Peuple

Au centre des armoiries repose, sur l'écusson central, une couronne. Elle consiste en un anneau doré décoré de cinq feuilles ornementales et de pierres. La Couronne du peuple, qui apparaît pour la première fois sur les armoiries de 1923, symbolise la souveraineté du peuple en lieu et place de la couronne royale.

Les lions tenant les armoiries

Ces deux lions sont une tradition depuis le 14e siècle.

© Représentation de l’État de Bavière à Montréal Contact |  Protection des données personnelles |  Mentions légales |  Page d‘accueil
Zur Bayerischen Staatskanzlei